Et si on parlait de...

Le cadeau d’anniversaire

Le cadeau d’anniversaire

Voilà un événement qui m’est arrivé lors de mon dernier anniversaire.

Cette année, un peu justes au niveau financier, mon homme et moi, nous avons décidé de nous faire mutuellement de petits cadeaux pour nos anniversaires.

Quand mon homme m’a demandé ce que je souhaitais pour cette occasion, j’avoue que je ne savais pas trop. Alors je lui ai répondu qu’un bon d’achat pour des vêtements (il ne sait jamais quoi prendre alors je préfère cette solution) m’irait très bien.

Dans son idée de mâle perdu d’avance dans les magasins de vêtements, il a compris que je parlais d’un « bon pour »… La différence c’est qu’au lieu d’aller dans un magasin acheter un bon cadeau, c’est lui qui formate un petit « bon pour », accompagné d’un chèque. Déjà, dans l’idée c’est beaucoup moins romantique.

Mais en plus, le pire du pire, c’est que le jour de mon anniversaire, il est arrivé super tard (21h30)…

Que je n’ai eu aucun signe particulier de célébration de cette journée (ni bisou « appuyé », ni fleurs, ni verre de champagne, ni rien … – et je reparlerai dans un prochain article de ce que signifient pour moi les anniversaires-) et qu’il a signé son chèque devant moi, imprimé le bon devant moi, pendant que j’attendais sur le canapé, en train de manger mon dessert toute seule…

Autant vous dire que mes émotions, à ce moment-là se sont emballées et que son chèque, je n’en ai pas voulu. J’ai pris ma voiture pendant une heure pour me calmer et réfléchir à ce qui me dérangeait autant dans cette histoire.

Je vous livre ici ma conception du cadeau.

Dans le dictionnaire, le cadeau est « ce que l’on offre à quelqu’un à titre gracieux pour lui faire plaisir » ou encore « présent destiné à fêter quelqu’un ».

Dans l’idée, le cadeau est offert pour faire plaisir, et le jour de son anniversaire pour fêter cette personne, le célébrer…

En quoi le chèque ne représente pas vraiment cette idée du cadeau ? Est-ce le chèque ou est-ce la manière de le donner ?

Il me semble que même si le chèque ramène forcément la valeur du cadeau sur le devant de la scène, et rend cette offrande vénale et dénuée de poésie, préparer une mise ne scène pour l’offrir ( des fleurs, une coupe de vin, une danse langoureuse, une balade au clair de lune et des étoiles …) le transforme en véritable célébration, en véritable cadeau.

Là, je parle du cadeau entre amoureux.

Mais qu’en est-il du cadeau des parents aux enfants, ou des amis entre eux ?

Dans ma famille et belle-famille, les parents ont pris l’habitude d’offrir des chèques dans un souci pragmatique d’aide aux enfants : les Noëls et les anniversaires sont l’occasion pour eux de donner un coup de pouce à leurs enfants qui parfois galèrent à joindre les deux bouts. C’est très louable et cela nous a bien souvent dépannés. Donc je ne trouve rien à y redire.

Quoique !

Cela manque juste de poésie et de romantisme. Car même si les parents sont dans un souci d’aide à leurs enfants, pourquoi ne pas associer ce don d’argent à une petite « mise en scène » du cadeau ?

Ma belle-maman, elle, y associe toujours un petit objet qu’elle a pris le temps de choisir, et qui tente de s’approcher le plus de nos goûts personnels. Elle prend du temps pour penser à chacun de nous et c’est là qu’il est le vrai cadeau… la peine, le temps qu’elle prend pour chacun. À ces occasions, tous nous prenons la mesure de son affection pour chacun… Car les cadeaux ne sont-ils pas le moyen de montrer notre amour et notre affection ? Les attentions à nos proches ne sont-elles pas plus ce qu’il y a de plus « comblant » qu’un objet acheté sans intention, sans engagement ni investissement de soi.

En écrivant, je me rends compte que plus que l’objet que nous recevons, ce qui importe c’est le don de soi que l’on fait au travers de l’objet.

Ainsi, si l’on pousse la réflexion dans cette voie là, est-il nécessaire d’offrir des choses affreusement chères, dont le prix serait « proportionnel » à notre amour (tout cela étant très arbitraire et subjectif) ? Acheter un objet au détour des courses de la semaine, parce qu’il faut trouver un cadeau, sans vraiment s’appesantir sur le sens de ce cadeau ?

Pour conclure, je considère que ce qui est intéressant dans le cadeau que l’on reçoit ou celui que l’on offre, c’est l’investissement personnel que l’on met dans sa recherche. C’est cela le vrai « don ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s