La bienveillance à l'école

Une éducation à la malveillance très réussie

Pensez-vous possible que de jeunes enfants de 5-6 ans aient déjà totalement intégré les codes d’une « humanité en négatif », et du pessimisme ambiant? C’est à dire qu’ils aient totalement intégré qu’entre humains, on doit se montrer « juges », « cassants », critiques »? Qu’il faut à tout moment reprendre celui qui se trompe, lui faire remarquer qu’il est dans l’erreur, et par là-même, lui faire comprendre que ça ne changera jamais, qu’il n’y a que peu d’espoir que cela change?

Et bien , moi qui les côtoie pendant 6 heures par jour, ces petits de 5-6 ans, je peux vous dire que les adultes réussissent formidablement bien leur éducation… NON bienveillante, leur éducation violente. Je côtoie des enfants qui se moquent des erreurs de l’autre, qui font remarquer à l’adulte, à leurs camarades qu’ils se trompent, qu’ils font erreur, qu’ils font mal. Je côtoie des enfants qui affirment des jugements sur leurs camarades et sur les adultes sans aucune hésitation, dans la seconde où ils ont affaire à l’Autre.

Comment font ces adultes pour réussir aussi bien à éduquer au non-respect des autres, à la non-solidarité, à l’inverse de la compassion, et la non-empathie?

Cela fait plusieurs mois que je réfléchis à cette question et les divers articles que j’ai lus sur l’éducation bienveillante, la psychologie positive et la communication non-violente m’ont permis de comprendre ce qui se passe entre adultes et enfants, partout, tout le temps.

Cet élève qui me dit quand la pince à linge que j’utilise pour jouer sur la bande des nombres se casse: « Ben voilà, si tu casses tout! », m’interpelle. Et là, je me dis que cet enfant, comme tous les autres est élevé avec ce genre de remarques assassines:

  • « Voilà, tu as cassé ton jouet! Mais tu ne fais pas attention, c’est bien fait pour toi. »
  • « Tu es tombé. mais ne peux-tu pas faire tes lacets, ou venir me demander de les faire? »
  • « Tu as mal à la gorge? je t’avais dit hier de venir mettre un pull pour sortir dans le jardin. »
  • « Tu t’es trompé. Tu as fait des fautes. Ce n’est pas bien. tu n’as pas appris ta leçon. »
  • « On ne peut pas te faire confiance. Tu ne ranges jamais ta chambre quand on te le demande. »
  • « Et celui-là!!! Quel idiot de se comporter comme cela. Il ne connaît pas la politesse/ ou le code de la route! Il conduit comme un débile! »
  • etc, etc.

Bref! Vous voyez où je veux en venir. Nous éduquons, nous formons de futurs juges, de futurs critiques de l’action des autres. Jamais nous ne remettons en question nos jugements, surtout sur nos enfants, tellement nous sommes persuadés que nous devons leur montrer LE droit chemin (qui n’est autre que notre chemin).

Et si on commençait par leur expliquer que s’ils se trompent, ça n’est pas grave, que c’est normal parce qu’ils sont en train d’apprendre. Ils cassent quelque chose: est-ce réellement leur faute, et est-ce grave? L’objet n’était-il pas abîmé? Vieux?

Ils sont malades? Y sont-ils pour quelque chose s’ils ont la malchance d’être à ce moment-là fragilisés parce qu’ils sont fatigués?

Il fait des erreurs dans son devoir alors que la leçon vient d’être vue en classe? Est-ce parce qu’il ne l’a pas comprise, parce qu’il ne l’a pas intégrée? Sans doute oui.

Et surtout, surtout…. Ne peut-on pas leur montrer dans nos relations avec les autres adultes un peu de bienveillance et de compassion et leur faire comprendre que la plupart des gens, quand ils agissent d’une certaine manière, ont en général, de bonnes raisons d’agir comme ils le font? Des raisons qui leur sont personnelles et uniques, que nous ne comprenons peut être pas,… et alors!

Alors j’ai envie de dire à tous ces parents qui exigent de la bienveillance et de la compassion de la part des enseignants envers leurs enfants: « Commencez par vous-mêmes, montrez à vos enfants que la bienveillance, la solidarité, l’entraide font partie de vos valeurs. Alors, peut-être aurez-vous de la bienveillance pour vos enfants, pour leurs enseignants. Et peut être verrons-nous un jour un monde de bonté et de tolérance se lever?

On peut toujours rêver, non?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s