Non classé

Si tout était possible?…

Et si aujourd’hui, vous preniez le temps de vous posez cette question? Si vous vous demandiez ce que vous feriez, ce que vous SERIEZ, surtout?

Quand je me suis posée cette question au printemps dernier, j’ai d’abord pris conscience que depuis longtemps, j’avais arrêté de rêver. Je ne parle pas des rêves de la nuit, hein, on est d’accord? Non, je parle des rêves que l’on fait quand on est enfant, ou adolescent ou jeune adulte, en train de nous construire notre vie, de chercher notre chemin. À cette période-là, le champ des possibles est très vaste, qu’on ne sait pas où regarder, ou aller. Alors, on cherche ce qui nous anime, tout en étant très dépendant des injonctions parentales, familiales. cette période-là est un tiraillement entre nos aspirations profondes et les limites virtuelles, éventuelles que posent la société et notre famille.

Mais à mon âge? Une fois qu’une première partie de la vie est construite, avec ses réussites, ses échecs et ses désillusions… une fois qu’une grande partie de nos rêves d’avant ont été abandonnés parce que justement, on a fait le choix d’écouter la multitude de voix de « la raison et de la sagesse » (sic!)… De quoi peut-on rêver?

Et bien, je vous l’affirme… de tout et encore bien plus… Bien plus qu’à 10, 15, ou 20 ans… Parce que justement, on a fait des choix, on a laissé des rêves dans des cartons, voire… jetés dans la poubelle du quotidien. Parce qu’on a construit déjà une vie, on se rend compte qu’autre chose est possible, qu’une deuxième vie s’ouvre là, devant nous…. Avec les mêmes angoisses, les mêmes interrogations qu’à 20… Mais cette fois, à 45 ans, on est bien plus conscients de nos possibles, de notre égo dictateur et limitant, de notre être et de ce qu’on ne veut plus.

Alors, je vous invite à écrire vos rêves « si tout était possible », « si d’un coup de baguette magique », plus rien ne vous entravait… Vous feriez quoi? Vous seriez quoi? Vous verrez… Votre vie prendra une autre couleur, votre énergie se réveillera. Et plutôt que de vous décourager devant le gouffre qui existe entre vos rêves et votre vie, demandez-vous ensuite, comment vous pouvez atteindre une première marche pour essayer d’atteindre cet idéal, là, maintenant, aujourd’hui.

Moi, ma première marche, ça a été la création de ce blog! Et puis la création d’un atelier d’initiation à la méditation de pleine conscience… Et puis …. J’ai encore plein de marches à grimper… Mais c’est bon de se retrouver en posture de construction d’une vie, la nôtre, en vrai et en mieux.

Have a lovely day.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s