Et si on parlait de...

La journée des femmes

Je ne peux pas passer cette journée sans vous donner mon sentiment sur ma vision de la femme et sur la féminité.

En effet, depuis quelques mois déjà, mon chemin de vie me mène vers les femmes. Je ressens un élan pour leur venir en aide à vivre des moments de bonheur chaque jour, pour leur transmettre certaines techniques qui m’ont permis, à moi, de dépasser des obstacles dans ma vie, de grandir et de vivre des transitions de manière moins violente que ça aurait pu l’être.

Je me suis engagée sur cette voie parce que ma propre expérience de vie mettait l’accent sur la difficulté des femmes que je côtoyais à être heureuses dans leur vie d’épouse, de maman, et de travailleuse… Comme si malgré toutes ces casquettes, elles n’arrivaient pas à trouver leur place. Mais surtout ce sentiment latent qu’elles ne sont pas reconnues pour tout ce qu’elles assument, ce sentiment de n’être jamais suffisantes, jamais assez ou souvent trop…

Alors cette journée m’a fait me poser des questions. Où en est-on ? Pourquoi se sent-on obligés d’organiser ce genre de journée ? Parce que quand même, depuis le temps de ma grand-mère, qui n’avait pas de machine à laver, qui avait neuf enfants et s’occupait de toutes les tâches de la maison, les temps sont bien différents.

  • Notre temps de corvées a diminué grâce aux progrès technologiques (euh non… pas parce que les hommes s’y sont vraiment mis… Ça, ça me semble encore assez anecdotique dans mon environnement).

  • Nous nous habillons comme on le souhaite, sans avoir peur d’être mal considérées… (Euh… ok ! Ça dépend ! Mais bon, on a le droit de porter des pantalons!!!)

  • Nous travaillons à l’extérieur. Nous pouvons nous épanouir dans notre métier !

  • Nous pouvons sortir seules, sans être accompagnées et nous ne risquons pas d’être traitées de femmes de mauvaise vie, ni d’être agressées dès qu’on met un pied dehors….

  • Nous pouvons partir en vacances seules pour les mêmes raisons….

  • Nous pouvons choisir d’avoir des enfants ou non, d’aimer les hommes ou non…

Bref ! On a quand même bien plus de libertés de vivre comme on l’entend, non ?

Oui, certes… Tout le progrès s’est concentré sur le matériel. Mais les croyances des hommes sur les femmes (et des femmes elles-mêmes) ont peu changé. Bien sûr, nous connaissons, nous vivons avec des hommes qui nous considèrent d’égal à égal…

  • Mais pas en ce qui concerne les voitures

  • ou l’argent,

  • ou les sujets de conversations,

  • ou ce à quoi elles doivent ressembler (et gare à celles qui ne se préoccupent pas de leur apparence)

  • ou l’importance de leur travail,

  • etc.

Combien de femmes entendent chez elles, qu’elles, elles peuvent prendre une journée de congé pour garder leurs enfants malades (sous-entendu « ton boulot est moins important » ou « tu rapportes moins de fric à la maison que moi, donc… ») ? Combien se dépêchent le midi de manger un sandwich tout en bouclant leur dossier pour pouvoir s’échapper du travail à 18h30 et récupérer les enfants chez la nounou ? Elles se dépêchent le midi, tandis que leurs collègues hommes prennent tout leur temps et fixent des réunions à 18h30 (???) parce que EUX, ne récupèrent pas les enfants. Et quand la réunion où on va discuter d’un projet est à 18H30 et que tu n’y es pas… tu fais comment pour faire valoir tes idées et pouvoir progresser dans la boîte ?

Combien se retrouvent seules entre 18h30 et 20h00 à la maison, avec les enfants, avec les bains, les devoirs et le repas à préparer ?

Combien n’osent pas aller se promener seules dans la campagne par peur d’être agressées ? Combien de jeunes femmes se font insulter en ville quand elles ont des petites jupes ? Et celles qui subissent la violence dans leur couple, le viol, etc ??? La liste est longue et non exhaustive.

Donc il me semble que des progrès, mon dieu, oui, il en reste. Tant que l’humanité continuera de se réfléchir en groupes, en camps, les uns contre les autres : les noirs, les blancs, les catholiques, les musulmans, les hommes, les femmes. L’humanité est une, parce que nous venons tous du même lieu, nous sommes tous composés des mêmes matières, nous appartenons tous à cette planète… alors je ne peux que souhaiter qu’enfin, tous les êtres humains un jour, se reconnaissent en chacun et qu’enfin, il n’y ait plus cette dualité hommes/ femmes.

Un commentaire sur “La journée des femmes

  1. En cherchant des informations sur la légende de Lilith, qui m’est revenue aujourd’hui, j’ai trouvé ce texte religieux, qui me semble bien éclairant en ce qui concerne la soumission que veulent imposer les hommes aux femmes. Cette Lilith est un démon parce qu’elle a refusé de se soumettre à l’homme et qu’elle était libérée sexuellement. c’était une rebelle. J’en ai lu toutes les descriptions qui font d’elle un véritable cauchemar, parce qu’elle mangeait les nouveaux-nés et autres actions tout aussi démoniaques… Mais dans ce texte de la genèse que je partage ici, je retiens qu’elle a été chassée parce qu’elle a affirmé son autonomie et son indépendance. Eve, cette cruche, est née de la côte d’Adam. elle lui doit la vie, et donc doit se soumettre. Lilith était la première femme d’Adam, une enchanteresse, une femme libre et égale à Adam, mais sa liberté était trop dangereuse pour l’homme… Alors on l’a chassée vers les enfers… Quelle métaphore!!!
    Voici le texte:
    Certaines légendes en font la première femme avant Eve (une théorie appuyée par la contradiction au sein même de la Génèse)

    « Dieu créa l’homme à son image : male et femelle,
    le sixième jour, Dieu modela l’homme avec la poussière de la Terre
    et insuffla dans ses narines une haleine de vie.
    Ainsi fut créé Adam.
    Et de la même façon Yahvé Dieu façonna la femme.
    Ainsi fut créée Lilith.
    Mais bientôt l’harmonie de l’Eden fut troublée par des disputes incessantes.
    En effet, Lilith se prétendant l’égale d’Adam refusait de s’allonger devant lui.
    Dans son orgueil et sa rage elle s’éleva dans les airs et quitta l’Eden
    en prononçant le véritable nom de Dieu.
    Alors Yahvé Dieu fit tomber une torpeur sur l’homme, quis s’endormit. Il prit l’une de ses côtes et referma la chair à la place.
    Yahvé Dieu bâtit en femme la côte qu’il avait prise de l’homme,
    et il l’amena à l’homme.
    L’homme dit : celle-ci, cette fois, est l’os de mes os et la chair de ma chair ; celle-ci sera appellée femme car c’est d’un homme qu’elle a été prise.
    Ainsi fut créée Eve. »

    (extrait de la Génèse) tiré du site http://princesselilith.free.fr/Lilith.htm.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s