Et si on parlait de...·Mes découvertes/mes réflexions

Vivre en légèreté

Il m’est venu cette idée l’autre jour. Je ne sais pas si comme moi, vous avez du mal à lâcher-prise avec vos soucis du quotidien, mais moi, j’ai réellement pris conscience que cela devenait une nécessité dans ma vie : Vivre plus légèrement.

Sauf que je ne sais pas faire. Quand on a l’habitude de tout prendre au sérieux (pour des tas de raisons dues à notre éducation et notre histoire), comment fait-on ?

J’ai beau lire et relire des livres, des citations. Me dire que la vie est comme elle est, que pour vivre plus légèrement, il ne faut pas juger, ni interpréter, mais pratiquer l’acceptation… OK ! Mais concrètement ?

Quand on est directement atteint dans votre bien-être, que le stress prend le pas, parce que on est face à une situation difficile, on fait comment ?

Les moyens que j’expérimente sont la respiration, la méditation, la connexion à la nature… Mais parfois cela est insuffisant pour lâcher les ruminations. Et c’est bien là, le point faible : où est la légèreté ? Facile d’être joyeux et dansant quand il n’y a aucun obstacle… Mais comment trouver cette légèreté dans le quotidien difficile ?

Ce soir, je fais le lien entre les 4 accords toltèques et les principes de méditation. La légèreté est dans le non-jugement, la non-interprétation. Comme l’explique parfaitement C. André ou M. Ricard, ce qui fait souffrir, c’est l’interprétation que l’on fait des événements. Si nous restons calmes et sans jugement face à une situation, que la première émotion gérée, nous arrivons à accepter ce qui arrive, comme quelque chose qui est là et qui ne nous est pas spécialement destinée, ça va déjà mieux.

Mais concrètement, ce qui m’aide à être plus légère, c’est la musique, le mouvement, la créativité, la lecture… Toutes ces activités « égoïstes », ces temps « pour soi » que l’on ne s’autorise pas suffisamment. Mes enfants qui pratiquent l’humour des situations m’aident beaucoup également (et je les en remercie avec une profonde gratitude).

Le non-jugement et l’humour… Le second volet de la proposition est assez compliqué aussi quand on est dépourvu de ce sens de l’auto-dérision et du comique de situation.

La légèreté, ça n’est pas se f… de tout, et se dire « c’est pas grave ! Arrivera ce qui arrivera ! » ou encore « C’est pas grave ! Je ne suis pas responsable de son interprétation. » Ainsi, la légèreté, ce n’est pas ne pas respecter les autres et ne prendre en compte que son propre bien-être.

C’est juste prendre du recul, se forcer à ne pas râler pour regarder ce qui arrive autrement. C’est ne pas s’appesantir sur les événements passés douloureux et ouvrir les yeux sur l’instant présent. S’offrir les cadeaux de la vie en les savourant dès qu’on les aperçoit.

Alors je résume : ne pas juger au premier degré, rire de soi, laisser de côté le passé, investir le moment présent… plus respirer, méditer, rire, danser, dessiner, peindre, créer, lire, marcher….légèreté-papillons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s