Mes découvertes/mes réflexions

Mes cheveux et moi

Au mois de juin dernier, j’ai enfin sauté le pas de couper mes cheveux. Cela faisait longtemps que j’y pensais, mais j’hésitais beaucoup. J’avais peur du nouveau visage qui apparaîtrait, j’avais peur de me déplaire, et peut-être de déplaire aux autres. Mais finalement, mes changements internes étaient trop importants et appelaient ce changement extérieur. Et puis, il faut le dire, depuis que j’ai quitté ma chère Bretagne, protégée des agressions du calcaire inexistant dans l’eau du robinet bretonne, mes pointes de cheveux ressemblaient à de la paille… et ce n’était pas très joli. À cette occasion, je me suis longuement interrogée sur ces hésitations. Pourquoi étais-je tant bloquée par le fait de couper court? Je n’ai pas trouvé de réponse. Puis un jour, l’idée que dans ma vie, j’avais tendance à éviter tous les risques d’inconfort (même celui de couper mes cheveux) m’a sauté aux yeux… Il était temps de prendre un risque, aussi minime soit-il.

J’en ai été ravie. La coiffeuse avait été très attentive et précautionneuse. J’avais apporté des photographies de femmes portant des coupes qui me plaisaient, et je suis ressortie du salon plutôt contente. Les compliments dans les jours qui ont suivi ne m’ont pas déçue… Mais! Mais je ne savais pas si cela me plaisait vraiment. Fou, hein! Tout le monde me disait que c’était chouette, même moi, j’aimais bien le reflet du miroir… mais je n’étais pas si convaincue que cela. Et ce n’est que récemment que j’ai compris. Pour tout dire, c’est en retournant chez la même coiffeuse pour qu’elle me refasse exactement la même chose, et qu’elle s’est complètement plantée en coupant beaucoup plus court, que j’ai retrouvé tous mes inconforts passés (j’ai porté les cheveux courts pendant toute mon enfance et mon adolescence) et que j’ai enfin compris ce que cela signifiait pour moi.

Couper mes cheveux est pour moi symbole de « couper toute ma féminité ». Je me sens beaucoup moins féminine et donc séduisante quand j’ai mes cheveux courts. Peut-être qu’alors je revois la petite fille ou l’adolescente complètement complexée? Mais cela semble beaucoup plus complexe que je ne pensais. (À lire cet article tout à fait intéressant sur la chevelure des femmes (http://www.womenology.fr/reflexions/la-chevelure-des-femmes-un-attribut-aux-multiples-reflets/) Quoiqu’il en soit, je suis en train d’attendre la repousse, avec les inconvénients que cela comporte: pas de structure dans la coupe, cheveux de toutes les longueurs, bref, pas terrible. Même si je suis entourée de personnes qui me disent que cela me va mieux que les cheveux mi-longs parce que j’ai un petit visage, je persiste. Je veux retrouver mon visage de femme et ma féminité… Chevelure, perruque, visages, et masques…

L’essentiel n’est-il pas de porter le masque qui correspond le plus à l’être profond que l’on est?

Belle soirée à tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s