Mes découvertes/mes réflexions

Quand accords toltèques et CNV se rencontrent…

Cela fait deux jours que l’idée de cet article est venue. Je réfléchissais aux relations humaines et notamment à la communication (grande problématique qui me passionne). À l’occasion d’une discussion au cours de laquelle je découvrais qu’une de mes connaissances était plutôt en colère contre moi, je prenais conscience que je commençais enfin à faire mien un des principes de la CNV (Communication Non Violente) : « Nous ne sommes pas responsable des réactions de l’autre ». Jusqu’à présent, je ne comprenais pas ce principe. Je me disais : « Mais enfin, quand quelqu’un nous fait souffrir par une action quelconque, il en est bien responsable. C’est bien cette personne, qui par son acte (mensonge, trahison, injure, etc…) nous a fait du mal, et donc est cause de notre peine.

Mais peu à peu, à force de lire et d’y réfléchir, je commence à comprendre. L’autre, chacun de nous n’est responsable que de sa propre action. C’est son choix d’agir comme il le fait. Peut-être sait-il qu’il va vous peiner, ou vous faire du mal, et il choisit consciemment de le faire. En revanche, il n’est pas responsable de la façon dont vous choisissez de recevoir cet acte. Souvent, dans ce genre de situation, c’est votre mental qui prend les rênes. Il interprète, en fonction des expériences passées et de ses croyances. Jamais le mental n’est objectif et ne s’arrête aux faits. Exemple : Vous recevez une proposition d’aide de la part d’une connaissance, mais vous refusez. Ça, ce sont les faits. Peut-être que dans votre tête, vous n’avez pas besoin de son aide ou que vous ne voulez pas la déranger parce que vous savez qu’elle est toujours très occupée. Vous pensez qu’en refusant, vous la soulagez d’une demande qu’elle vous a faite par politesse. Mais la personne en face ne comprend pas votre refus. Et là, son mental se met en route : Elle me rejette, elle ne veut pas de moi. Et cette personne, en laissant le mental prendre les rênes, perd toutes connexion avec les faits réels, « se monte le bourrichon » comme on dit par chez moi et se vexe, tellement qu’elle ne souhaite plus vous voir. Comprenez-vous à ce moment de mon histoire, pourquoi nous ne sommes pas responsable des réactions de l’autre ? Les intentions de chacun ne sont jamais lisibles dans la relation inter-personnelle, et si nous n’y prenons pas garde (à savoir s’en tenir aux faits sans commencer à interpréter) nous pouvons bêtement nous pourrir la vie et cesser toute relation avec des personnes qu’on aimait bien.

Chaque mot dit ou écrit (posez ce raisonnement sur les sms que vous recevez), chaque signe est interprété par votre interlocuteur et peut être totalement travesti et déformé, dans un sens parfois totalement contraire à ce que vous, vous avez cru dire…. Pas facile dans ces conditions de se comprendre… Je dirais même Impossible ! Pas étonnant qu’il y ait autant de conflit sur Terre… et dans les familles.

Un commentaire sur “Quand accords toltèques et CNV se rencontrent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s