Mes découvertes/mes réflexions

Petit essai de réflexion: La dépendance affective

Je pose cette question: Comment serions-nous indépendants affectivement avec l’éducation qui nous est donnée depuis notre naissance ? Dès l’entrée à la maternelle, nous sommes appréciés par un regard extérieur qui va juger de notre valeur d’élève… mais que très vite nous prenons comme l’appréciation de  notre valeur d’être humain.

Alors quand nous tombons amoureux, et que cet amour semble partagé, comment ne pas rapidement tomber dans le travers de nous regarder à travers les yeux de l’autre ? 

L’autre est aimant, amoureux, souriant devant nos paroles et nos actes … et nous rayonnons de bonheur. Nous nous sentons les plus beaux et les meilleures personnes du monde. Mais dès que l’autre se montre mécontent, contrarié ou désapprobateur de ce que nous avons dit ou fait… c’est la remise en question de notre personne et de notre valeur.

L’autre nous quitte et nous nous sentons alors bien piteux et piètre personne. Tout cela à cause de notre ego, qui a dû se développer pour nous protéger au fil des différentes blessures d’amour-propre. Et là, toutes les blessures de notre enfant intérieur se réveillent et nous font souffrir : injustice, rejet, abandon, trahison, humiliation… Nous entrons alors en rage contre l’autre. Par tous es moyens, il nous faut punir l’autre, l’anéantir. Il est celui qui a sous-entendu que nous ne valions rien. Qui n’a pas ressenti cela un jour ? Qui est suffisamment sûr de soi et avec une belle confiance en sa valeur pour accepter que ce n’est pas une remise en question de soi que l’autre révèle, mais juste le fait que la relation ne lui convient plus, à lui (l’autre). 

La dépendance affective est très répandue parmi nos contemporains : il suffit d’observer ce qui se passe quand quelqu’un est quitté… Et hop, il se jette sur les sites de rencontres ou autre, pour surtout, surtout, ne pas se retrouver seul… à vivre avec sa souffrance d’avoir été «abandonné » (à cause de sa faible valeur humaine croit-il). Alors combien de couples béquilles se forment juste pour ne pas montrer aux autres qu’il est seul … vivre seul, avoir été quitté, avoir été trompé, cela signifie forcément qu’il y a un truc qui cloche chez nous. Soyons honnêtes et regardons au fond de nos croyances… C’est quand même un peu cela que pensent nos chers contemporains (voire nos « amis » ou parfois nous-mêmes).  Je ne juge absolument pas ces personnes car… j’en ai fait partie… et même encore maintenant. Quand je m’angoisse de continuer mon chemin de vie seule, quand je me culpabilise pour certains moments du passé, quand j’ai peur de ne plus aimer personne, ni être aimée… Bref! La conquête de l’indépendance affective est loin d’être facile et rapide.

Mais les personnes vivant seules et heureuses de cela, sont peut-être juste des personnes «indépendantes affectivement », des personnes qui ne s’ennuient pas avec elles-mêmes, et qui ne se sentent pas minables en étant seules chez elles, un samedi soir…. Et peut-être que celles qui vivent très bien leur solitude sont justement des personnes qui vont très bien ?

Cet article n’est que le reflet de ma réflexion et de mes convictions et ne fait aucune référence à des notions scientifiques. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s