Au fil de l'eau...·Carnets de route·poésie

Un kilomètre à pied…

Pendant ces quelques jours de vacances, je suis allée marcher sur une partie du chemin de Compostelle, avec ma meilleure amie. Pour elle ce n’était pas une première. Elle reprenait là où elle s’était arrêtée. C’était pour moi mon baptême du chemin. 

Nous sommes parties de Conques. Si vous connaissez, vous comprenez ce que j’ai ressenti en découvrant ce village, majestueux, au départ de notre première « petite » étape (11km).

Nous avons rejoint Noilhac, et son gîte communal. Rencontre de plusieurs pélerins (ou marcheurs) que nous retrouverons au cours des différentes étapes… Des compagnons de route.

Linvinhac, Figeac, Gréalou, Saint Jean de Laur et étape finale Limognes. Environ 90 km sur 6 jours. Je suis tombée amoureuse des paysages traversés, Aveyron et surtout le Lot.

Alors, qu’est ce qui se passe sur le chemin ?

Et bien ,je serai bien incapable de théoriser pour vous les bienfaits, les émotions, l’éveil… tout ce qui arrive sur le chemin. Chacun y vit ce qu’il a à vivre.

Certains le font spirituellement, d’autres sont juste des randonneurs, d’autres encore recherchent la performance… Chacun son chemin (nom de notre gîte à Linvinhac) donc !

Mais ce qu’il me reste en cette deuxième journée après la fin de mon périple c’est de la sérénité, la paix et l’émerveillement : pour la vie, le printemps, la nature, mon corps et sa résistance, l’instant présent. Car c’est cela qu’apprend la marche longue sur plusieurs jours : le plaisir de l’instant présent. Chaque moment est une occasion de profiter du chant des oiseaux, du parfum des lilas (incroyable cette odeur tout au long du chemin), la vue des paysages et de la vallée du Lot, le partage avec mon amie. Quand je marchais vers une destination inconnue, par des chemins dont chaque pas était une découverte (les montées, les descentes, les pierres, les cailloux, l’asphalte…), sans m’en rendre compte, je prenais conscience à plusieurs reprises que j’étais connectée à ma respiration, aux battements de mon cœur dans l’effort, à la douleur dans les mollets, à ce qui occupait mon esprit (ou au rien … bien plus fréquent que dans mon quotidien). Bref ! Une grande présence à soi et au monde. Il me reste aussi les souvenirs de nos rencontres, des discussions, des rires, des repas délicieux (et souvent bien trop copieux). Ce fut une fantastique expérience que j’ai envie de renouveler et de partager avec mes enfants. Mais c’est aussi la nécessité aujourd’hui d’aller marcher …Et oui ! Après 6 jours de marche intensive, mon corps est en attente de son exercice. Il a compris, il a appris à marcher (plus aucune douleur dans les mollets le 6ème matin). Il va falloir lui réapprendre les jours sans marche dans la semaine de travail.

Ce fut là une des belles aventures de ma vie. Et vous, quelles sont vos expériences de randonnées ?

Mise à jour du 24 avril: Je viens d’écouter l’émission de France Inter La tête au carré, dont le thème était « les bienfaits de la nature sur l’être humain »… Quelle belle résonance! Un peu de théorie pour expliquer la sérénité et l’apaisement (qui perdurent encore aujourd’hui, 5 jours après la fin de mon périple). il ne s’agit pas seulement de la marche dans cette histoire. C’est surtout les énergies de la Nature et notre forte présence à elle, dans ce genre de conditions, qui entraînent cet état de bien-être (je dirais même félicité!). Je vous invite à aller l’écouter… Si vous n’étiez pas déjà convaincus de l’importance de vivre connecté à la Nature.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s