Mes découvertes/mes réflexions

Les couleurs de la vie

En ce moment, c’est incroyable comme je comprends que tout est lié, que tout fait sens. La prise de conscience dont je vous parle aujourd’hui a connu son premier palier quand je me suis posée au début de ces deux semaines de vacances forcées et décalées (cause confinement). J’étais dans un humeur d’ennui et de peur de m’ennuyer. Je me voyais coincée chez moi, seule, mes enfants bloqués par leurs études, sans pouvoir partir en vacances comme je l’avais prévu. Et subitement, prise de conscience n°1 : ma croyance,alimentant ma peur de l’ennui était que je devais absolument remplir mes vacances de choses joyeuses et enthousiasmantes. Que mon temps était perdu si je n’avais pas un projet intéressant, me faisant vibrer fortement. J’ai regardé mon chat allongé sur mon canapé à mes côtés (elle passe l’essentiel de son temps à cet endroit). J’ai compris que pour exister, elle n’avais pas besoin d’avoir mille projets en vue. Pour vivre et profiter de son temps d’existence sur cette Terre, elle avait juste à être un chat. JUSTE À ÊTRE ! 

Mon humeur a alors radicalement changé, ma manière de voir les choses également : Je n’avais qu’à profiter de ces deux semaines à venir où je n’avais justement rien de précis à faire. Que j’étais libérée des contraintes des « il faut » et « je dois ». Que je pouvais juste, non pas « occuper mon temps », mais profiter de mes instants de « rien à faire » pour justement ne vivre que des petits moments de bien-être et de plaisir. Ma première journée de vacances fut alors magique : je me suis levée beaucoup plus tard que d’habitude. J’ai pris le temps. Je suis allée marcher ? Je suis allée cueillir des plantes sauvages (j’ai d’ailleurs découvert un coin de mélisse absolument délicieuse). J’ai cuisiné et me suis régalée de mes cueillettes … Bref ! Une journée parfaite ou presque (Ah, solitude quand tu t’accroches…)

Et puis hier, dans la suite de cette prise de conscience, la seconde… comme une intégration sophrologique. J’écoute une coach qui parle des couleurs de la vie. Elle explique que chacune de nos couleurs est importante et a sa raison d’être. Qu’il n’est pas bénéfique de n’en développer que deux ou trois et que toutes participent à notre évolution. Les couleurs de la vie sont selon elle, toutes nos appétences, nos petits plaisirs, nos hobbies, etc… Qu’il s’agit de tous les honorer et les faire vibrer car elles participent toutes à l’expression de qui nous sommes. Elle conseillait alors de les mettre par écrit, comme sur une palette de peintre : identifier toutes les passions (de la plus petite à la plus grande) et d’observer ce qui s’en dégageait. Je me suis lancée dans l’exercice et je découvre que je circonscris (sans enfermer) dans cette palette tout ce qui me fait vibrer, ce qu’est mon ÊTRE authentique à cet instant de ma vie. 

Résultat : je pensais avoir perdu mon élan de vie et cherche depuis plusieurs années maintenant à le retrouver. Et là, je l’avais sous les yeux… Une multitude d’appétits divers qui me rappellent que je suis bel et bien vivante, et bien « vibrante » de cet élan de vie.

Encore une fois, Gratitude à la Vie de m’ouvrir et me faire évoluer ainsi.

Et vous, quelles sont les couleurs votre vie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s