Mes découvertes/mes réflexions·Non classé

Sophrologie

Il est temps que vous parle de ma formation en sophrologie débutée en janvier. Elle se déroule un week end sur deux. Je ne savais pas du tout en quoi cela consistait… et peut-être êtes-vous dans ce cas-là aussi. Alors je vais essayer de vous expliquer cela le plus clairement possible.

Pour commencer, la sophrologie n’a pas de vocation à soigner. Et non! Alors tous les articles que vous lisez sur la sophrologie qui soigne, ou sur la sophro-thérapie… Et bien ce n’est pas de la sophrologie! Alors qu’est-ce que c’est et à quoi sert-elle me direz-vous?

Voilà, voilà! J’me lance…

La sophrologie, inventée par Alfonso Caycedo est à la fois une science qui étudie la conscience humaine et une pratique composée de techniques visant à amplifier le lien corps-esprit.

Elle vise la conquête ou le renfort de l’équilibre entre nos émotions, nos pensées et nos comportements. (http://www.sophrologie-info.com – Pascal GAUTIER)

Elle est fondée sur 3 principes fondamentaux:

  • Vivre le schéma corporel avec plus de présence,
  • Renforcer l’action positive en développant les éléments positifs du passé, du présent et du futur et mieux utiliser nos ressources personnelles,
  • Développer la réalité objective afin de voir les choses comme elles sont et ainsi développer plus d’efficacité dans l’action.

C’est donc une pratique, au croisement de la relaxation occidentale et la méditation orientale qui permet à chacun de trouver ses propres ressources et d’améliorer sa qualité de vie. Elle permet de dynamiser de façon positive les qualités et ressources dont nous disposons. Elle favorise également le développement de nos capacités d’adaptation à l’évolution de nos conditions de vie.

Elle se pratique au quotidien, après que vous avez été préparé par un sophrologue certifié. C’est réellement une pratique passionnante qui permet de mieux se connaître et de voir sa vie d’une manière bien plus positive.

 

Mes découvertes/mes réflexions

Au diapason…

Je suis en questionnement ces derniers jours. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour que la vie me sourie. J’ai posé des actes en accord avec mes valeurs et mes besoins. Je pratique la présence en méditant aussi souvent que je le peux. J’ai créé mon tableau de vision (je vous l’ai partagé, Magies du jour). J’essaie du mieux que je peux d’être une bonne personne… Mais c’est peut-être là que le bât blesse, je n’arrive pas à garder mon calme face à des personnes agressives. Et je suis agressive en retour.

Et bien, l’Univers me refuse de trouver un logement qui me conviendrait alors que cela devient réellement urgent car impossible de continuer à vivre dans les conditions actuelles.

Je n’arrive pas à comprendre le message… Ou peut-être est-ce que je ne suis pas encore suffisamment à l’écoute des signes ? Peut-être ai-je laissé passer des occasions ?… Je n’ai pourtant pas l’impression de cela. J’y suis au contraire super attentive. Peut-être que je ne lâche pas assez prise dans cette recherche, que je vise trop le but et pas assez le chemin ?

??? Je n’en sais rien. La seule chose que je sais… c’est que je dois faire avec. Ne pas laisser mon mental se raconter des films plus terribles les uns que les autres. Je dois garder confiance et surtout continuer à être patiente. C’est peut-être là le grand apprentissage de cette aventure : Je suis pressée mais les événements se liguent pour que j’apprenne la patience.

Alors, patience et confiance seront les prochaines capacités à intégrer lors de mes séances d’entraînement à la sophrologie.

Belle soirée à vous et soyez attentifs aux signes et synchronicités.;-)

Mes découvertes/mes réflexions

Inspiration et créativité

Il ne vous a pas échappé que mes articles se font rares ces derniers temps. Il se trouve que l’inspiration ne vient plus me visiter. J’attribue cela à ma situation actuelle. En effet, depuis quelques semaines, j’ai pris deux décisions qui m’ont fait sortir de ma zone de confort. Si certains d’entre vous ne savent pas ce qu’est ce concept de zone de confort, je vais essayer de l’expliquer succinctement et surtout le plus simplement possible. Il s’agit en fait des différentes zones habituelles dans lesquelles vous évoluez depuis longtemps, et dans lesquels vous avez vos repères. il s’agit de vos habitudes touchant tous les domaines: travail, couple, enfants, vie personnelle, etc. Ce sont ces zones auxquelles vous êtes si habituées que vous n’y faites plus attention. Elles ne vous apportent pas nécessairement la joie mais vous préférez rester là où vous en êtes car vous les connaissez, et que l’inconnu fait peur.

J’ai donc pris deux décisions qui m’ont directement envoyée dans une zone d’inconnu pas du tout confortable. Mes repères ne sont pas tous bousculés mais cela ne saurait tarder. Alors comme tout bouleversement de vie, cela demande beaucoup d’attention pour poser de nouvelles bases de vie. De fait, mon esprit est accaparé par tous ces changements, recherches et apprentissages. Et de fait, il s’est fermé à l’inspiration, à la créativité. Même les méditations quotidiennes ne me permettent pas de faire le vide. Je ne m’inquiète pas. Je sais que quand le moment sera venu, quand tout sera apaisé, elle reviendra me visiter, comme elle l’a toujours fait.

Ce que je découvre en cette période « inconfortable », c’est cette toute nouvelle certitude, ancrée au fond de moi: Je suis là où il faut que je sois, je suis à ma place. TOUT EST PARFAIT. 

Mes découvertes/mes réflexions

Suivre son intuition

Ces derniers jours, je découvre la clairvoyance qui surgit quand je décide de suivre mon intuition. Je ne sais comment expliquer ce qu’est la véritable intuition. Tous les mots que j’ai pu lire à ce propos n’explique pas ce qu’elle est. Il faut la ressentir pour comprendre. Ce qui m’a longtemps empêché de la suivre, c’est le manque de confiance en moi, le manque d’estime de soi. Croire toujours que la parole de l’autre a plus de force que ce que je peux ressentir. Me culpabiliser des pensées qui pouvaient surgir de mon coeur, car longtemps, j’ai entendu que j’avais tort… ou que j’étais paranoïaque, ou toute autre chose qui sapait encore plus mes fondations, ma confiance.

Mais quand j’ai commencé à écouter mon intuition, j’ai vu ce sur quoi je m’étais longtemps aveuglée. J’ai même pu me rendre compte de la noirceur de certain (e)s, de leurs mauvais desseins. Mais cela me permet de me sentir tellement plus forte. Je sais maintenant à quoi m’en tenir sur certaine personne de mon entourage et j’en suis heureuse… et reconnaissante.

Mon esprit et mon corps (tout comme les vôtres) sont pleins de ressources et d’une énergie qui sont à notre service. Il s’agit juste de leur faire confiance.

Mes découvertes/mes réflexions

Toujours le bon chemin

Je ne sais pas vous, mais quand j’ai des décisions à prendre (importantes ou pas), j’y mets toutes mes capacités de réflexion. je ne lâche rien (Ah, ce lâcher-prise pour lequel je m’entraîne encore et encore). J’y pense encore et encore… Et surtout j’ai peur. Peur de me tromper, de choisir la mauvaise option. Celle qui ne sera pas le juste choix pour moi.

Et ce matin, sous la douche (oui, oui, même là j’arrive à oublier de profiter du moment présent)… Alors sous la douche, il m’est venu que quelque soit la décision que je dois prendre, il n’y a pas de mauvais choix. Quelque soit la route choisie, il y a des leçons à apprendre. Il y a du bonheur à en tirer. La vie se déroulera et offrira ce qu’elle a à donner. Alors, je respire, je m’allège! Rien de grave dans cette prise de décision. Quelque soit mon choix, il n’y aura pas d’échec, pas de fausse route. Allez… En avant!

Mes découvertes/mes réflexions

Guerrière en armure

Emprisonnée dans son armure, depuis de longues années, elle s’était fermée. Elle endossait sa carapace offensive dès qu’elle se sentait menacée dans sa dignité et dans la reconnaissance de sa valeur. Mais elle n’adoptait cette armure de guerrière qu’envers une seule personne. La plupart du temps et avec la plupart des gens, la guerrière savait se faire diplomate, et réussissait à faire reconnaître sa valeur et son courage sans combat. Mais avec cet autre, c’était bains de sang et combats épuisants pour arriver à faire entendre sa parole. Quelle était-elle, cette parole? Qu’y avait-il à faire entendre? Elle ne le savait pas trop. Elle ne voulait pas trop voir ce qu’il y avait derrière cette armure. Elle ne voulait pas comprendre la raison de la présence de cette carapace. Elle a passé toutes ces années à nier son existence… Malgré le poids qu’elle pesait dans sa vie et dans sa relation à cet autre. Jusqu’à ce que son corps et son coeur lui crient qu’ils n’en pouvaient plus de se battre, qu’ils voulaient rendre les armes dont ils n’avaient jamais voulu. Le corps envoya un S.O.S. L’organe « papillon » se mit à enfler, à faire mal. Le message était clair: Colère, doutes, contraintes… Il fallait se libérer de tout cela….

J’ai écrit ce texte il y a quelques mois. Et c’est seulement maintenant que je comprends à quel point les besoins non nourris peuvent être dévastateurs. Je comprends enfin que quand vous commencez à prendre en compte vos besoins non nourris, quand vous les écoutez vraiment et que vous décidez de les nourrir, votre vie devient plus belle. Votre corps et votre mental se portent mieux. Je sais! J’enfonce des portes ouvertes; mais je l’expérimente réellement depuis quelques semaines et je peux désormais affirmer que cela est vrai: Une émotion violente indique un besoin non nourri. Et un besoin non nourri alimente un mal-être.

Mon besoin à moi, en l’occurence était celui d’être prise en compte et écoutée. Mais je ne m’apportais même pas cela moi-même, alors que je l’attendais de cette autre personne. Alors la première leçon que je retire de cette expérience de vie, c’est que nous sommes la première personne qui peut nourrir nos besoins. Commencez par vous apporter ce que vous attendez de l’autre.

Passez une belle soirée.

Mes découvertes/mes réflexions

Nouvelle année et résolutions

Finalement, je décide de vous livrer mes résolutions pour cette nouvelle année… ou plutôt de vous livrer les défis que je m’engage à honorer en 2018. Certains vont faire la grimace, car ils en ont assez de prendre des résolutions qu’ils ne vont pas tenir. Et bien, je fais partie de ceux qui croient au pouvoir des engagements personnels pour améliorer sa vie. C’est le moment propice pour envoyer ses voeux à l’Univers et surtout s’engager envers soi-même. Après quelques mois, se retourner et voir le chemin parcouru et se sentir fier de ses avancées. Voici mes défis.

  1. Progresser vers le zéro déchet. Bien sûr, je ne pense pas l’atteindre en 12 mois. Mais, je vais acheter avec encore plus de conscience. J’ai déjà commencé à fabriquer mon déodorant naturel et bio, ainsi que mon assouplissant et mon produit d’entretien cuisine. Je cuisine tous mes plats et fabrique mes yaourts  le plus possible. J’avais abandonné la fabrication du pain mais mon fils consomme pas mal de pain de mie. Alors je prévois de reprendre ma machine à pain. Ma fille a fabriqué des lingettes nettoyantes, et des sacs pour acheter des légumes en vrac. J’ai commencé à coudre des torchons avec un vieux drap ainsi que des torchons destinés à remplacer l’essuie-tout.
  2. Renouer avec mon corps et mon intuition. Réapprendre à ressentir par mes 5 sens. Ralentir pour vivre le plus possible en conscience.
  3. Cultiver la joie, en commençant par éliminer mes pensées négatives, dès qu’elles surviennent. Les reconnaître, les accueillir et les transformer en pensées positives (Hum… ça ne va pas être facile).
  4. M’engager dans ce module 1 de formation en sophrologie. Celui-là, j’ai hâte!
  5. Vivre un nouveau week-end de formation en CNV. J’ai hâte également.
  6. Et enfin, m’ouvrir à toutes les opportunités qui se présenteront à moi. Faire confiance à la Vie et me faire confiance.

Je vous souhaite à tous une belle année 2018.

 

 

Mes découvertes/mes réflexions

Peur ou Désir

En ce premier jour de cette nouvelle année, demandez-vous quelles sont les actions que vous faites chaque jour par amour. Mangez-vous par amour de vous, ou par peur de tomber malade si vous ne vous alimentez pas? Vous lavez-vous par amour de votre corps, de la sensation de l’eau chaude sur votre corps, ou par peur de sentir mauvais?

Vous voyez l’esprit? Changez de point de vue, changez de paradigme, et vivez par amour le plus possible, et plus par peur…

lacstecroix

Mes découvertes/mes réflexions

Toucher féminin

En juin dernier, j’ai vécu une expérience troublante. J’ai participé à un festival féminin « Festiv’elles ». Jeya (chamane) était notre hôte ainsi qu’Églantine, deux femmes en connexion avec leur être profond et en chemin. Plusieurs ateliers étaient proposés : danse au son du tambour de la chamane, danse orientale, toucher féminin, et bien d’autres encore.

Il n’y avait plus de place dans l’atelier de danse avec Jeya. Alors, je suis allée dans l’atelier de toucher féminin… un peu déçue je dois dire. Je ne savais pas trop bien ce que recouvrait cette appellation. Mais j’y suis allée en ouvrant tous mes sens pour profiter au maximum de tout ce que pouvait m’offrir cette journée, et donc cet atelier. Nous avons commencé par des exercices d’auto-massage puis de massages « palpés-roulés » mutuels, toujours dans le respect de l’autre. Bon… Là, plutôt mal à l’aise. J’ai du mal avec la proximité quand je ne connais pas les personnes. Puis, ce fut la séance de « toucher l’argile ». Un petit morceau d’argile humide, et toute notre conscience sur les sensations et émotions du moment…, en accompagnement, cette musique au piano magnifique. Après quelques minutes, mes larmes sont venues, intarissables. J’avais la gorge nouée, le plexus solaire très serré. Bref, je n’étais plus qu’énorme tristesse et pleurs. Et cela a duré longtemps… très longtemps. Il a fallu que l’atelier se termine pour que je sorte de cet état étrange et surtout incompréhensible. J’avais un peu honte. Je déteste m’épancher en public. Et surtout je ne comprenais pas ce qui se passait.

Il a fallu plusieurs mois pour que le sens de cette expérience m’apparaisse.

Le toucher ! Renouer avec ses mains, se rendre présente aux sensations et émotions qui émergent lors d’un toucher (pour moi, ce fut l’argile) reconnecte votre mental à votre corps et à vos mémoires anciennes (mémoires cellulaires), refoulées, enfermées. Toucher la terre avec les mains reconnecte à votre vérité. Les sensations physiques délaissées depuis trop longtemps se révèlent. Le mental qui prend toute la place s’efface, la joie qui n’arrivait plus que par le canal du mental se manifeste alors. Quelle expérience !

Mes découvertes/mes réflexions

Y croire ou pas ?

Ma fille me disait ce matin qu’elle ne pensait pas croire au grand amour. La vie ne lui montre pas qu’il existe dit-elle.

Temps de réflexion après un instant de surprise. Je ne crois pas que je n’y crois pas, lui ai-je répondu. « L’amour éternel, c’est autre chose, mais le grand amour existe. Cela ne veut pas dire qu’il peut durer toute une vie, car les années nous changent. La vie nous malmène parfois et fait oublier aux humains que l’essentiel est déjà là. Mais le grand amour qui fait palpiter, qui fait se sentir vivant, oui, je le connais. Tes grands-parents le vivent. L’amour de l’autre qui surpasse toute autre chose, oui, j’y crois. »

Le plus difficile ensuite, c’est de le transformer en amour véritable, celui où le principal objectif de la relation de couple est le bonheur de l’autre… avant le sien. Oui, je crois aussi que cela existe… quand les deux partenaires ont enfin réussi à faire taire leurs égos et à comprendre que ce qui compte, ce n’est pas d’avoir raison, mais plutôt le partage et la tendresse (comme le répète Serge Marquis). Alors bien sûr, celui-là… c’est plus compliqué. Je ne le connais pas ; mais j’y crois et c’est maintenant un de mes objectifs.